Le mal de dos

Environ 80% des français connaitrons au moins une fois dans leur vie une épisode douloureux au niveau de la colonne. Dans l'immense majorité des cas, le problème se résout spontanément (sans traitement) après une dizaine de jours. Parfois, les symptômes persistent ou réapparaissent de façon cyclique.
 

La colonne vertébraleMon image

La colonne vertébrale

Elle est formée d'un empilement de vertèbres. A chaque étage, un disque vertébral permet un certain degré de mouvement entre chaque os. Le tout est solidement maintenu par un système musculaire et ligamentaire sophistiqué.


Afin de mieux supporter la bipèdie, la colonne présente trois courbures plus ou moins prononcées selon les individus. Le dos est creux en bas (lordose) et arrondi en haut (cyphose). Le fait d'être cambré n'est donc pas un problème, c'est la forme naturelle du dos.
 

Les causes de douleurs du rachis

Les douleurs du dos peuvent provenir des organes internes, d'une fracture vertébrale, d'une tumeur, d'une infection... Mais heureusement, il s'agit le plus souvent d'un dysfonctionnement mécanique des vertèbres. Un traumatisme ou une accumulation de mauvaises postures peuvent en être la cause.

 Les symptômes

Douleurs dans les lombaires (lumbago ou lombalgie) ou le cou (cervicalgie ou torticolis), fatigue, perte de mobilité, de force et même maux de tête (pour les cervicales). Les douleurs peuvent irradier dans les membres, on parle parfois de sciatique, cruralgie ou névralgie-cervico-brachiales qui peuvent être associées avec des fourmillements ou des pertes de sensations.

Mon image  Quels examens d'imagerie faut-il passer?

    Aucun en première intention, excepté en cas de suspicion de  pathologie grave à l'interrogatoire (ex: infection ou tumeur). En effet, radio scanner et irm ne permettent pas d'observer les désordres mécaniques de la colonne. Et la découverte quasi systématique d'usure au niveau de la colonne renforce les inquiétudes sans apporter de solutions.

     Dès l'âge de 20 ans, la colonne vieillit et on peut s'attendre à trouver des signes de dégénerescence de la colonne à l'imagerie. L'arthrose, la diminution de hauteur des disques, les protrusions et débords discaux, becs de perroquets... ne peuvent expliquer un épisode douloureux. On observe des hernies discales chez de nombreuses personnes qui ne souffrent pas.

Que faire?

Il est désormais conseillé, dans la limite du possible, de rester actif durant l'épisode de douleur afin de ne pas se déconditionner à l'effort.

Les traitement médicamenteux par voie orale ou par injection peuvent aider à supporter la douleur mais les effets secondaires sont à prendre en considération.

La chirurgie n'est efficace que dans certains cas bien précis (ex: paralysie du nerf sciatique).

Au Cabinet de Kinésithérapie Bidart Centre, nous utilisons préférentiellement la méthode McKenzie, car de nombreuses institutions la recommandent. Comme L'APTA (association des kinés américains) en 2012 (recommandations basées sur de fortes preuves scientifiques).

Prenez RDV ICI

Méthode McKenzie

La méthode McKenzie est aussi appelée Diagnostic et Thérapie Mécanique (Mechanical Diagnosis and Therapy - MDT). Développée dans les années 80 par Robin McKenzie, un kinésithérapeute Néo-Zélandais, cette approche est historiquement indiquée pour les douleurs de la colonne, mais s'applique également aux membres supérieurs et inférieurs avec les mêmes principes. 

Il a découvert que si chez la plupart de ses patients la répétition de certains mouvements pouvait provoquer ou aggraver un dérangement mécanique à l'origine de douleurs, la répétition du mouvement dans la direction opposée pouvait le corriger et abolir rapidement les douleurs. C'est ce qu'on appelle la « préférence directionnelle ».
 
Étape 1 : l'Examen
A la suite d'un interrogatoire complet, le thérapeute teste des mouvements répétés dans plusieurs directions sur une ou plusieurs articulations. Le kiné spécialisé en thérapie mécanique est formé pour interpréter l'effet de ces mouvements et postures sur vos symptômes. On appelle cela une évaluation mécanique. (En effet, le corps est une machine et le thérapeute est le mécanicien !) Cette évaluation permet de classer la plupart des conditions en syndromes. Chaque syndrome bénéficiera d'une stratégie thérapeutique différente.
Étape 2 : le Traitement
Si une préférence directionnelle se dégage, le kiné et le patient vont définir ensemble le nombre de séries d'exercices réalisables pour atteindre la guérison au plus vite. La méthode McKenzie privilégie les mouvements et les forces que vous pouvez générer seul, pour supprimer votre douleur et restaurer votre fonction. Le patient est activement impliqué, ce qui permet de limiter le nombre de visites à la clinique.

La plupart des patients peuvent se traiter avec succès lorsqu'on leur fourni les connaissances et les outils nécessaires.

Lors des séances suivantes, le type d'exercice ainsi que la fréquence seront ajustés jusqu'à guérison complète. Dans les cas les plus complexes, le thérapeute interviendra en complément avec des techniques avancées de thérapie manuelle.
Étape 3 : la Prévention
En apprenant à vous auto-traiter, vous gagnerez les connaissances pratiques sur la façon de réduire au minimum le risque de récidive et de les traiter rapidement. 

    Les thérapeutes formés en diagnostic et thérapie mécanique peuvent évaluer et diagnostiquer l'ensemble du système «musculo-squelettique» . Lombaires, dorsales, cervicales, épaules, genoux, tendons, articulations, ligaments...

    Les sciatiques, cruralgies et névralgies cervico-brachiales sont de parfaites indications à cette méthode, ainsi que certains maux de tête.
 

QUELS AVANTAGES PAR RAPPORT AUX AUTRES THERAPIES?

Les exercices qui sont proposés sont toujours individualisés. Ils dépendent du diagnostic établi par le kinésithérapeute lors du bilan, contrairement aux programmes de rééducation standardisés traditionnels (ex: renforcement systématique du quadriceps pour tous les patients souffrant du genou, étirement du pyramidal pour les douleurs fessières...). Deux personnes traitées en thérapie mécanique pour la même douleur (ex: douleur dans l'aine) peuvent avoir des "préférences directionnelles" différentes.

De nombreux traitements consistent uniquement à moduler la douleur. C'est le cas des médicaments antalgiques, des massages ou  encore de l'acupuncture. Cependant, si l'origine du problème n'est pas corrigée, les douleurs réapparaîtront. Avec la méthode McKenzie, on s'attache à trouver et traiter la cause du problème. 

Comme le patient apprend à réaliser lui-même les exercices, il devient autonome pour se traiter lui-même et anticiper d'éventuelles récidives. C'est l'avantage majeur par rapport aux thérapies manuelles comme l'ostéopathie où le patient est dépendant du thérapeute.

Quelques séances suffisent pour déterminer si le problème est mécanique et si cette approche est utile ou non. Si ce n'est pas le cas, de la kiné plus "classique", une autre thérapie ou des examens d'imagerie devront-être envisagés.


POURQUOI LA METHODE McKENZIE EST IDEALE POUR LES SPORTIFS?

    Les thérapeutes formés sont « experts » dans l’analyse de l’effet de mouvements répétés sur la mécanique du corps humain et d'une certaine façon, le sport n'est qu'une accumulation de contraintes répétées sur le corps (la course à pied en est le meilleur exemple).

    De plus les sportifs sont souvent demandeurs d’exercices spécifiques à leur pathologie et sont donc de parfaits candidats pour bénéficier de tout le potentiel de cette méthode.

 

La méthode McKenzie bénéficie d'une validation scientifique internationale, c'est pourquoi de nombreux médecins et chirurgiens la recommande.

 

Prenez RDV ici

 

Pour toute information sur l'Institut McKenzie France :

Institut McKenzie France
20 rue Toulouse Lautrec

31700 BLAGNAC
Tel : 05 61 71 50 08

 

Vidéos : Corriger sa posture assise

Comment corriger sa posture:


Si vous passez la plus grande partie de la journée assis devant un écran, vous risquez de développer des douleurs et raideurs dans la colonne vertébrale ou les membres. 






Cette vidéo vous montre quelques astuces pour prévenir ces troubles.

Celle-ci vous explique les règles de base pour utiliser son téléphone portable.

Ici, vous pouvez télécharger un programme qui vous rappel lorsqu'il faut faire une pause et quitter votre siège devant l'écran ou faire vos exercices préscrits par votre Kinésithérapeute.